Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
rezareza

I'm fucking alive

couverture du livre I'm fucking aliveÉvidement comme on est des putains de looseurs, on a l'habitude de rester dans le même coin, un peut comme des chats qui auraient un secteur a eux. Notre truc c'est de rester en plein air parce que les murs au dessus de la tronche sa nous fait péter les plombs. Évidement on va jamais dans ce putain de centre ville tout pourris ou des commerçants vendent des chips pour pouvoir mater des culs ronds d'étudiantes, on ne vas pas non plus chez des amis la la la la, ou chez des copines tatoueuses qui fument l'herbe qu'elle vendent, ni dans les clubs technos de jours, tout simplement parce qu'on est sapé comme des fils d'ouvriers pauvres qui détestent se pomponner pour finir devant la téloche d'une villa d'ingénieur, qu'on aime pas les demi gouines altermondialistes et que l'idée d'avoir a baisser la tête devant un putain de gros lard de pédé de videur moulé comme un phoque dans un pantalon en cuir puant, nous déplait. On apprécie les vibes très lentes, ou il se passe rien, ou on peut entendre les oiseaux, ou y'a pas d'humain, on évite de squatter dans les champs, juste pour pas avoir a croiser un putain de baltringue d'agriculteur maigrelet sur son tracteur vibromasseur, on évite les grands centres commerciaux, certainement parce qu'on flippe trop de voir un jours un ados lucide défoncer la foule au M16 pendant que sa copine araché a la ketamine hurle un putain de slogan de jeu vidéo en faisant cracher un lance roquette piqué a son gros pédé de militaire de père raciste, on évite surtout le petit parc tout jolis en face de la mairie, avec les fleurs et les fontaines, là, c'est juste parce qu'on a un peut d'estime, c'est vrais quoi, les vieilles ont beau puer grave de la gueule, elle ont beau être toute faible et en cours de décès, elles ont beau être des connes dressé par des politiciens libidineux, racistes, méthaménopausé et bête comme leurs putain de caniches insignifiants, qui, qui aurait envie, chaque jours, toutes les vingt minutes, d'avoir a entendre un : 'vous ne pouvez pas travailler les jeunes ? Vous n'avez rien a faire là ! C'est une honte, etc....' ; ben pas nous, de plus le centre ville étant bourré de flics, qui d'alleur sont des connards qui se bouffent toute la journée du : 'Dis donc monsieur l'agent, il y a là bas une bande de petit voyous qui....', et patati et patata, donc, le centre ville, techniquement, ne permet ni le meurtre d'une vieille trop grande gueule, ni d'entendre des oiseaux normaux, j'enttend suffisamment débrouillard pour bouffer ailleurs que dans les mains des tarés qui foutent des miettes sur le trottoir pour attirer les gosses et les piafs cons, de ces taré qui parfois prennent des photos de moineaux et de gosses prés de la fontaine du centre ville pour leurs réseaux d'anciens du Viet Nam, option fan de maquette d'avion de guerre et de piège forestier pour castor, j'entend les parfaits baby-siter assistant des mères débiles, alcooliques et dépressives.
Le premier a lancer la conversation, j'enttend la fin des insultes pour passer vers un débat sérieux est ce gros porc de Cluedo :
- Écoutez ça les gars, j'ai piqué le journal intime de mon père, je voulais juste savoir s'il était au courant des partouze qu'organisent vos putes de mères pour ce payer leurs godes et leurs Fuck-machines 220 V , évidement, a propos de vos mères ça se confirme, d'alleur Réault, ta mère, en fait, c'est ton père, je t'explique, ton père est un travelot qui se déguise en femme, c'est pour ça que tu trouvais ta mère aussi moche, par ce que c'est un homme déguisé en femme, tu comprend, c'est un truc compliqué a t'expliquer mais qui génère tout ton inconscient de puceau skizo , bon, je vous lis ce que mon taré de père écrit dans son journal : ' Mon amour, ma belle et simple amour vient de partir au travail, elle ne me manque pas, oublier l'autre, voilà certainement la maladie humaine, celle qui fait de nous des individus autonome dans le trop plein de solitude, c'est dans un costume rose bonbon qu'elle viens d'aller au travail, 400 dollars la semaine, c'est bien payé, d'habitude on peut se faire humilier pour moins que ça. Évidement je me suis levé en même temps qu'elle, une minute avant, juste pour lui dire, on est ensemble, solidaire, c'est rien, se lever a cette heure c'est rien, regarde, je suis debout, regarde je t'aime, je vais faire chauffer le café. Ce soir j'ai croisé la mort, un sorte de mort, un surhumain, un humain différent, plus vif, plus rapide, un humain c'est sur mais très différent, disons qu'il y a les orang outans, les chimpanzés, les humains et là, une autre espèce de singe, aucune idée du nom, plus intelligent que nous, j'ai vraiment trés mal dormis, cet être avait les clés, je l'ai entendus ouvrir la porte, quelque seconde après, une masse noir fine, vive, terrifiante, s'approchait de moi, j'était cloué, paralysé par la fatigue, mon corps lourd voyait l'être se rapprocher, je vous passe les détails, mon amour est au travail dans son uniforme rose bonbon, va faire des enquêtes dans la gare et montrer comment marche les machines à tickets, c'est triste la vie, je ne retrouve plus ma planète'.

Voir plus
0 0 714

Auteur : reza reza

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire