Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
Célian

Plouf

couverture du livre PloufRecueil de textes et poésies ; on peut suivre la faillite de la poésie, ce qui est sa réussite, il parait.
Le début est peuplé de poésies "bien faites", dont la symétrie parfaite pour certaines relève d'un certain travail ; mais par une évolution de la poésie avec l'écrivain, cette poésie qui vient du cœur tombe dans la maladie, et on peut voir émerger la nouveauté de cette manière d'écrire "malade", qui ravive le sens de l'écriture poétique et de son "ivresse" dont on entend souvent le qualificatif sans y trouver la véritable ressemblance avec un homme ivre, titubant pour aller au but, luttant contre la gravité et ressassant les mêmes pensées.
L'ivresse permet de tomber à côté du mot que la main appelle, de le perdre ; et alors on le remplace par un autre. Tous ces mots qui remplacent celui qu'on aurait du utiliser apportent la poésie, qui n'est plus rimée, mais recherchée ; le titre de ce recueil, "plouf", fait non seulement référence au liquide, à la chute, mais aussi au vocabulaire de la langue qui malgré son immensité ne suffit jamais à retranscrire à la perfection les sentiments intérieurs des hommes.

Voir plus
2 0 85

Auteur : Scalet Célian

Il étudie les lettres modernes à Grenoble, fait de la musique et monte des films avec ses copains. Il écrit (ça alors !) quand il ressent l'écriture, sinon il ne fait que lire.

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire