Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
horri

THEORIE ERRONNEE (EVAPORATION-CODENSATION-PLUIE)...

couverture du livre THEORIE ERRONNEE (EVAPORATION-CODENSATION-PLUIE) FR-EN-AR..docxL’EAU DE PLUIE SE FORME PAR REACTION CHIMIQUE PROPREMENT DITE DANS L’ATMOSPHERE (fr)
QU’EN EST-IL DE LA VAPEUR D’EAU ?
La proportion de l’humidité dans l’air quand elle atteint 100%, c'est 100% de quoi, quel est son % par rapport à celui de l’azote, de l’oxygène, des gaz rares et des aérosols divers, cela veut dire que même quand le taux d'humidité relative monte à 100%, il n'y a qu'une molécule d'eau pour quarante ou cinquante molécules, elle constituera donc environ 4% de l’air au stade brouillard, les rayons solaires la décomposent par photolyse, elle n’a jamais dépassé le stade de brouillard :
SYNTHESE DE L’EAU DANS L’ATMOSPHERE (FORMATION DE L’EAU DE PLUIE)
Les molécules H2 (2/29=0,06) et Les atomes O (16/29 = 0,55) plus légers que l’air, dégagés par décomposition des eaux des océans, des mers, de la vapeur et autres s’élèvent pour monter sous forme de courants ascendants d’air chaud et sec
Ces courants ascendants d’air chaud et sec chargés d’hydrogène et d’oxygène se heurtent à un front froid qui les chasse vers le bas ou à la rigueur constitue une résistance à cette force mécanique montante, on assiste à l’opposition de deux forces, les deux gaz sont soumis à une compression qui en atteignant un taux déterminé et sous l’effet de frottements engendrés par leur agitation ainsi que l’intervention des rayons solaires qui ionisent les gaz , sachant également que les étincelles électriques ne manquent pas car il se produit entre 2000 à 5000 orages par seconde http://www.planetoscope.com/atmosphere/252-nombre-d-orages-dans-le-monde.html
et chaque cellule orageuse peut provoquer plus de 100 éclairs par minute (http://www.astrosurf.com/luxorion/meteo-orages3-eclairs.htm),
toutes les conditions sont alors réunies, les deux gaz se combinent dans une véritable réaction chimique explosive (la synthèse de l’eau est explosive et exothermique),
H2 + O + compression + étincelle électrique----->H2O+chaleur (par analogie à l’expérience connue en laboratoire)
Il se forme de l’eau en grande quantité, elle tombe sous forme de pluie à grosses gouttes (pluies tièdes d’orage ou équatoriale); évidement une grande quantité de cette eau reste en suspension sous forme de nuages qui par condensation (coalescence) formera des pluies régulières qui traversera des zones d’air froid (pluie froide), l’eau de pluie ne s’est donc jamais formée une seule fois à partir de la condensation de vapeur d’eau qui monte de la terre en tant que telle.

Voir plus
1 0 1 215

Auteur : mokhtar horri

Commentaires1 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire