Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
xuanvincent

Mon oncle d'Amazonie

couverture du livre Mon oncle d'AmazonieAllongée confortablement sur la chaise longue de ma terrasse, une insidieuse nostalgie me pousse à interrompre l’écriture de mon roman et à chercher mon tout premier journal intime. Je le trouve sans peine, il est là comme toujours dans le tiroir de ma table de chevet, petit cahier d’écolier recouvert par une pile de vieilles photos et d’autres souvenirs de mon passé. Très vite, j’oublie la lumière aveuglante du Midi et la chaleur écrasante de cette journée d’été, je quitte la retraite de mon mas isolé de l’arrière-pays niçois, je n’ai plus vingt ans et redeviens la gamine parisienne de huit ans qui, un 4 juillet 1989, confiait pour la première fois avec émotion à son journal la plus grande perte de sa vie, la disparition de son oncle adoré. Cela faisait déjà douze ans que la triste nouvelle avait affligé notre famille. Quand les journaux télévisés avaient annoncé sa disparition, ainsi que celle des cinquante autres passagers de l’avion, je n’avais pas cru à sa mort. Un mois durant, des recherches avaient été menées, en vain. Un peu plus tard, quand mes parents m’avaient appris que les recherches avaient finalement cessé, bouleversée, j’avais fondu en larmes. Je ne pouvais croire que tout espoir était perdu, mon oncle était vivant, j’en étais à peu près certaine. Il fallait le chercher encore, jusqu’à ce qu’il revienne parmi nous ! Mon oncle n’avait pu mourir, il était si fort ! Je m’étais jurée de noter tous les ans, le jour de l’anniversaire de sa disparition, le 31 mai, que je partirais à sa recherche dès que je serais assez grande pour le rejoindre. Dans ce but, je m’étais mise à consulter tous les ouvrages que je trouvais sur l’Amazonie.

(début de la nouvelle)

Voir plus
0 0 104

Auteur : Xuan VINCENT

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire