Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
pmirande-2

LES PELOTES D'UN HIBOU

couverture du livre LES PELOTES D'UN HIBOULes hiboux rejettent leurs pelotes. En les analysant, on peut y déceler, par exemple, des poils de rat, des plumes de merle, des morceaux de cuisses de grenouille, bref des restes de festins inavouables. Décomposés et mis bout à bout, ces résidus permettent surtout de reconstituer la biographie du rapace nocturne qui fascine tant ces insomniaques en mal de rêves auxquels s’identifie l’auteur. Or les textes que voici s'apparentent à de telles pelotes : il s'agit en effet d'échantillons, que l’auteur a baptisés tour à tour épreuves (Les pelotes d’un hibou), péchés de jeunesse (La dérive des sentiments), poèmes d’amour (Marie Solitude) et questions sans réponse (Après nous les enfants), sans oublier le bilan provisoire à l’occasion de son cinquantenaire. A la relecture, ces textes lui ont renvoyé une telle image de lui-même, qu’il a fini par y tenir comme à la prunelle de ses yeux.

Voir plus
0 0 339

Auteur : PAUL MIRANDE (2)

Notice biographique     Paul Mirande est né en mai 1958 près de Bruxelles à l’époque de la première exposition universelle d’après-guerre qui attire quarante millions de visiteurs. Il fréquente une école flamande à Bruxelles...

Tout savoir sur votre paiement via PayPal, CB acceptée

Tout savoir sur le paiement garanti 100 % à l'auteur

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire