Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
cinego

Le vieil homme et les femmes (3eme édition)

couverture du livre Le vieil homme et les femmes (3eme édition)Z (qui signifie « il est vivant ») se rend compte que sa femme Mina est en train de le quitter. Elle va de plus en plus souvent vivre dans un monde sans ennemis et sans devoirs.
Elle dit : « J'ai une réunion dans une heure. Je pars ! »
Il demande : « Quand seras-tu de retour ? Faut-il t'attendre pour dîner ? » Contrariée, elle répond : « Je ne sais pas ! Décidément tu veux toujours tout contrôler. Tu ne comprends rien ! » Alors Z s'enfuit à sa façon…
Au début (« Errances »), il parcourt les rues de Paris et rêve d'une joie qui le fuit et d'un passé auquel il n'ose plus croire… Plus tard (« Peurs et fantasmes »), entre deux crises d'angoisse, il revit ses meilleurs moments auprès de ses compagnes d'autrefois… Il imagine ce qu'est devenue la vie de Mina… dont il ne sait pourtant plus rien... Enfin (« Délires ») il s'évade de sa vraie vie pour connaître l'aventure des maisons de plaisir et des escort girls. Jusqu'au moment où tout se mêle… femmes... avocats… psychiatres… commissaire... jusqu'à réinventer sa vie passée et la mêler au monde du plaisir dans lequel il a fini par entrer…

Voir plus
0 0 3 951

Auteur : Santiago Z

Et moi qui croyais aux vertus ! Pourquoi est-ce si long pour démystifier tout ça ? C’est vrai, je me suis pris au sérieux. Vous avez dit sinistre ? Tout à fait ! Pris au sinistre. C’est bien le mot. Ma femme, mes enfants, mes collègues  pourraient en témoigner. Pas facile...

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire