Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
rgermar-2

La Loi est enseignement

couverture du livre La Loi est enseignementEt voici le but des commandements : « L’ensemble de la Loi a pour but deux choses, à savoir le bien-être de l’âme et celui du corps » Evidemment on ne peut atteindre le bien-être de l’âme, cette perfection sublime, qu’après avoir obtenu le bien-être du corps (qui ne pense pas à la devise romaine mens sana in corpore sano ?). Soulignons que la bonne organisation de la société (sidur inyan hamedini) et les mœurs utiles (midot moïlot), c’est-à-dire ce qu’on appelle souvent la morale, font partie du tiqun haguph, et sont donc subordonnées à l’autre perfection, tikun hanephesh, qui est – exprimée dans les termes aristotéliciens – la raison en acte.

Sur Alexandre d’Aphrodisias : « Un lecteur moderne, qui n’a pas baigné toute sa vie dans les œuvres d’Aristote, trouve que le mot divin est très rare et s’étonne peut-être de savoir comment les penseurs religieux du Moyen Âge y trouvent une description de leur Dieu. Pour Alexandre, professeur païen de la philosophie aristotélicienne, toute la structure métaphysique de la pensée du maître trouve son point de repos dans cette instance éternelle, immobile et autosuffisante. Cet intellect est évidemment divin et représente la fin de l’être humain, son telos, parce qu’il ne sert pas à autre chose. »

Sur Maïmonide : « Quatre cents ans avant Joseph Caro, Moshe ben Maïmon, codificateur également, cherche à expliquer à ses lecteurs juifs que dans son comble l’homme agit d’une manière désintéressée, pour l’amour de Dieu. Seulement attiré par la perfection, sans être motivé par une éventuelle récompense, il obtient la connaissance de Dieu. Il faut sortir de la spirale infernale : en calculant le gain, l’homme ne trouvera pas la raison d’être. »


Voir plus
0 0 594

Tout savoir sur votre paiement via PayPal, CB acceptée

Tout savoir sur le paiement garanti 100 % à l'auteur

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire