Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
Jérémy Douville Ortega

Une théorie des inatteignables

couverture du livre Une théorie des inatteignables'L'hypothèse anthropologique que nous allons proposer ici, à l'indulgence du lecteur, se situe au point de croisement de plusieurs disciplines (telles que la philosophie phénoménologique, herméneutique et morale, la psychanalyse, la neurobiologie, la (paléo)anthropologie, l'esthétique, la physique, ...) sur un même objet (celui, de conscience, des inatteignables), dans lequel nous élaborerons la pensée d'une clef (notamment, le lien intime entre violence et morale). C'est cette clef qui, selon nous, exprimera le mieux la réponse possible au sujet qui nous intéresse et provoque notre obstination : à savoir la genèse de cette notion innommable, de cet objet de conscience, de cette situation mentale paradoxale qu'on entend mettre en évidence par l'expression des « inatteignables » de conscience, d'un impossible, et par là d'un élément crucial de notre évolution en tant qu'espèce. L'idée que nous allons développer, à partir de là (et en vérité en amont de cela), est que le positionnement progressif et privilégié de la main dans la vision, avec le développement de la bipédie dans notre préhistoire, pourrait avoir soutenu l'effort de création d'une pensée, par l'apport énergétique d'un paradoxe sensorimoteur. Celui-ci se trouve, dans la visée de notre enquête, en maints points lié aux structures du paradoxe moral – du « j'ai l'impulsion de faire, mais je ne fais pas » -, et ce, selon toute évidence, à travers le développement laborieux, interactif, individuel et communautaire de la technique. C'est ce postulat de départ que nous allons défendre, avec conviction et prudence, en élaborant un objet de réflexion qui s'exprimera de lui-même, en choisissant son contenu, en triant ce qui lui semblera nécessaire, et pourra se voir soumis à l'épreuve scientifique de manière relativement autonome.'

Image : 'Hochwido', de Owon.

Voir plus
0 0 500

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire