Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
herve_tadie

LETTRE A ÉLISE / MOKOLO-LOBI : LES DISCIPLES DE LA...

couverture du livre LETTRE A ÉLISE / MOKOLO-LOBI : LES DISCIPLES DE LA DÈCHE.Élise, c'est moi, Hervé, ton fils, ou presque. J'aurais dû te donner des nouvelles plus souvent. Ne pas m'évanouir ainsi dans la nature. J'aurais voulu que les choses se passent autrement, mais elles m'ont échappé. Tout s'est passé si vite, ça été si brusque, si déstabilisant...
Tu ne t'attendais peut être plus à recevoir de mes nouvelles quatre années après? J'ai reçu toutes tes lettres, même si je n'y ai pas répondu : je ne me l'explique pas. Je les ai regardées s'entasser les unes sur les autres jusqu'à la dernière qui m'est parvenue il y a seulement une semaine, alors que tu l'as postée depuis plusieurs mois, les miracles de la poste camerounaise. Je ne sais pas ce que j'ai ressenti en la lisant. J'ai beaucoup de peine à déchiffrer ce qui se passe en moi. Ainsi il est mort. Peut-être devrais-je avoir de la peine ? Madison, mon père, mort. Ça n'a l'air de rien, quatre lettres pourtant si cruelles. Je suis heureux d'apprendre par ta lettre qu'avant son décès vous vous êtes enfin réconciliés. Heureux qu'il t'ait appelée pour une longue conversation. Si ce dialogue avait eu lieu plus tôt, peut-être ne serais-je pas devenu la loque humaine que je suis. J'aurais vraiment aimé que les choses se passent différemment. Cela a été douloureux, toute cette hostilité entre vous. Cette façon brutale que vous avez eu de me demander de choisir. Selon quels critères l'aurais-je fait ? Il y a longtemps que je rêvais de partir, d'échapper à tout ça. Mais le malheur suit son homme tel une ombre. Il s'attache à ses pieds. On le porte sur soi, en soi. De quoi est-il mort ? A-t-il laissé quelque chose pour moi ? Une parole, un mot, une lettre ? Est-il parti sans se souvenir qu'il avait un fils ? Un fils qui l'aimait et qu'il a privé d'affection paternelle. Deux ans qu'il est mort sans que je n'en sache rien. Il ne me reste plus rien à espérer de lui. Jusqu'au bout j'ai rêvé du jour où renaîtrait entre nous une relation normale de père à fils. Dis maman, pourquoi m'en a-t-il tant voulu après votre divorce ? Pourquoi s'est-il autant éloigné de moi ? J'étais censé faire quoi ? Je n'avais que 13 ans.

Voir plus
0 0 328

Auteur : herve Tadie

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire