Marc-Antoine - Liliane ou l'esclave consentante - texte intégral

In Libro Veritas

Liliane ou l'esclave consentante

Par Marc-Antoine

Cette oeuvre est mise à disposition du public sous un Contrat Creatives Commons (by-nc-nd)

Vous êtes en mode de lecture plein écran. Cliquez sur le lien suivant si vous souhaitez afficher la version classique de cette oeuvre

Table des matières
Que pensez vous de cette oeuvre ?

La visite gynécologique de Marie

Le gynéco avait été prévenu, et avait réservé son après midi pour s’occuper de Marie.
Il nous fit entrer tous les quatre, et demanda :
-          « Comment allez-vous ? Pas trop débordés à ce que je vois si vous m’amenez une nouvelle. Et votre première patiente va bien ? »
-          « Oui elle va bien dit Dominique. Elle a été percée et tout s’est bien déroulé. »
-          « Qu’elles se déshabillent toutes les deux, je vais faire un petit contrôle pour Liliane, puis nous nous occuperons de l’autre. »
-          « L’autre s’appelle Marie » dit Dominique.
-          « Allez Liliane, en place pour l’examen » dit le médecin
-          Liliane s’installa. « Du beau travail ces piercing » dit le gynéco en plaçant un spéculum dans la moule de Liliane.
-          « Pas de problème dit-il, vous pouvez vous relever Madame »
-          « Pour ce qui concerne Marie, quelles sont vos exigences ? »
-          « Tout d’abord, dis-je, vérifiez les performances de cette jeune fille. Puis, nous voudrions la voir grossir, et prendre de la poitrine. »
-          Il commença à palper Marie, puis la fit monter sur la bascule « 48 Kg pour 1m70, ça va, il y a de la marge. Emmenez là jusqu’à 65 Kg si vous le voulez »
-          « Coté poitrine, il faudra la faire opérer. Lui faire prendre des hormones la détruirait »
-          Puis lui claquant les fesses, il dit « Allez en piste pour l’examen »
-          Il lui posa la même perfusion que pour Liliane, et s’occupa directement de son anus.
« Un bon lavement va être nécessaire. »
-          Puis il dilata le cul de Marie à l’aide d’une sonde pneumatique qu’il gonfla. « J’ai acheté ce genre de sonde, plus facile à employer,  dit-il. Si ça vous intéresse, je peux vous en fournir »
-          « Elle peut prendre jusque 6cm dans le cul. »
-          « Maintenant que la perfusion a fait son effet, je vais en placer une plus grosse dans son vagin »
Il se saisit d’une autre sonde, la gonfla un petit peu, et la lubrifia.
Il fit entrer la sonde, puis se mit à dilater Marie.
La sonde ne faisait pas loin de 15 cm de diamètre quand il arrêta.
-          « Voyez comme elle prend bien, elle est de la race des pondeuses »
-          « Allez, on arrête ça, et l’on va lui faire prendre ses 5 litres, car j’ai le sentiment qu’elle a de bonnes prédispositions »
Il l’emmena dans la pièce d’à coté, la fis coucher sur le plateau, et lui brancha directement la grosse canule à robinet.
Elle engloutit la canule sans problème, puis le gynéco fit couler l’eau. Il dut la masser assez rapidement, car Marie souffrit de coliques assez tôt.
Malgré ses gémissements, il ne ralentit pas l’injection, et Marie dut endurer le supplice jusqu’au bout.
Malgré que nous ayons déjà vu le résultat avec Liliane, la transformation était saisissante : Marie semblait sur le point d’accoucher tant son ventre était distendu.
Il la fit marcher. Elle s’acquitta plus facilement de ce supplice que Liliane. Marie semblait plus robuste qu’elle.
Il me dit de m’équiper pour lui enlever la canule.
J’enlevais celle-ci, et immédiatement, les grandes eaux commencèrent.
Le cul de Marie explosait.
-          Il dit « Liliane vous allez vous occuper de Marie, pendant que j’ai un entretien avec vos maîtres
-          Il nous fit entrer dans son bureau, et nous dit « Voilà. La première fois que je vous ai vus, je ne pensai pas que vous alliez très loin dans votre aventure avec Liliane. Vous m’aviez l’air trop innocent. Vous m’avez surpris en me ramenant cette deuxième fille. Si le dressage de filles vous intéresse, je peux vous aider. Je suis assez souvent sollicité pour ce genre de chose, mais je ne donne jamais suite en raison de ma profession. Si vous le désirez, je peux vous mettre en relation. Pour être franc et direct, je ne vous demanderai jamais rien pour ce genre de service. Je vous demande simplement de m’adresser vos pouliches pour les examens, opérations, et percements.  »
-          « Ecoutez di-je, votre proposition peux nous intéresser, mais je voudrai en discuter avec ma femme. Nous viendrons vous voir demain pour approfondir si nous donnons suite. »
Il fit l’ordonnance pour la contraception de Marie, et nous sortîmes.
Le retour à la maison se fit en silence. Nous cogitions dans notre tête l’étrange proposition du médecin. Se transformer en éleveur de jeunes femmes !
Le repas fut vite expédié, et nous enfermâmes Marie et Liliane dans leurs chambres.
-          « Que penses-tu de la proposition du gynéco ? Dis-je. Es-tu d’accord pour que nous nous transformions en éleveurs de filles ? »
-          « Pourquoi pas me dit dominique ? On pourrait garder Liliane pour nous aider ! »
-          « Oui dis-je, ça serait envisageable. Par contre, je ne vois pas Marie dans ce genre de business, elle me semble trop jeune pour faire ça »
-          « Ok, me dit Dominique, on continue les discussions avec le Gynéco »
Ce projet nous avait pas mal excités sur tous les plans, et nous fîmes l’amour une bonne partie de la nuit.

Chapitre suivant : L'élevage