Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous

Bernadette Salgat/Moser/Peythieu 

Comment peut-on laisser la haine vous envahir ainsi, après avoir choisi

d’adopter un enfant ?
Une haine que l’on peut comprendre quand il s’agit d’un enfant du viol.

Lorsque le visage de celui qui vous a salie se glisse et grandit dans les

traits de votre petit.
Mais un enfant que vous avez espéré bien plus longtemps que neuf mois, une

petite que vous êtes allée chercher vous-même, cette vie qui a rempli le vide

insupportable qui vous torturait, comment est ’il possible laisser ce sentiment

vous déchirer le cœur ?
Serait-ce parce qu’à 7 ans, elle est devenue elle-même, avec son propre

caractère, ou parce que les vraies racines de SA famille sont ressorties?
Faut-il attendre l’âge de 13 ans, pour annoncer à cet enfant que ses

vrais parents ne sont pas ceux avec qui elle a vécu jusqu’à ce jour ? Mais

bien ceux dont on lui a dit tant de mal tout au long de ces années passées, de

peur qu’elle ne parte un jour les retrouver !
La plupart des adoptions sont de belles réussites, des succès pour les

deux « partis », adoptants et adoptés. Souvent un grand bonheur

partagé.
Il est certain que les déceptions peuvent parfois être les mêmes que

pour un couple et leur propre enfant, mais un adopté les ressent plus

cruellement, comme ceux d’un deuxième abandon.
De nos jours, l’adoption découle aussi d’une mode, afin de ressembler à

ces grands acteurs qui pensent que l’argent fait tout. Il ne faut pas tomber

dans de piège de l’imitation par admiration.
Cette autobiographie n’est pas écrite pour condamner ces parents

adoptifs qui n’ont pas su gérer tous ces problèmes. Ils souffrent déjà assez de

cet échec. Mais elle cherche plutôt à faire prendre conscience que, déjà dans

son propre pays, il peut y avoir obstacles, dus à une différence de caractère,

d’odeur, de compréhension. Une animosité peut surgir tout à coup, même vis-à-vis

de sa propre race, de sa propre couleur.
Bernadette n’est pas écrivaine et c’est donc en toute modestie et dans

un langage des plus simples qu’elle a voulu partager cette adoption, son

adoption.
Même si cela paraît invraisemblable, exagéré parfois, comme elle l’a

entendu tout au long de son enfance, il n’y a RIEN d’inventé. De toute façon,

il n’y a pas de place à l’imagination, la vérité  est assez forte comme ça !


C’est sans aide extérieure qu’elle s’en est sortie. Non sans séquelles,

mais sa vie n’en est que plus riche pour comprendre et aimer les autres.
Ce livre est sorti du fond de son enfance, de son passé et non plus

d’un cœur meurtri.
Elle a peut-être compris, pardonné et guéri de tout ce que vous allez

peut-être lire… 




 


Activité récente

cover 1 J'aime - 224 pages

Hors collection

JE N'AVAIS POURTANT...

cover 4 698 lectures - 224 pages

Mise en avant Mise en avant